lire la suite Cloud Atlas

Une autre ouvre des sœurs WACHOWSKI, Coud Atlas ou Cartographie des nuages en français est de nature à vous enthousiasmer et à vous faire réfléchir.

Il s’agit d’une adaptation au cinéma du roman éponyme de David MITCHELL paru en 20004.

Elles ont écrit le scénario et réalisé le film avec Tom TYKWER, il est sorti en 2012.

Ce film ne ressemble à rien de ce que vous aurez pu voir auparavant :

Il évoque 6 histoires, avec chacune un personnage central, qui se déroulent à des époques différentes, dans des lieux géographiques différents et avec un style cinématographique différent.

En 1849 avec Adam EWING jeune avocat nous traversons le Pacifique pour rentrer à San Francisco dans le cadre d’un film historique.

En 1936 avec Robert FROBISHER copiste/compositeur de musique nous sommes à Cambridge puis à Edimbourg dans un mélodrame.

En 1973 avec Luisa REY journaliste nous sommes à San Francisco dans le cadre d’un thriller paranoïaque.

En 2012 avec Timothy CAVENDISH nous sommes à nouveau en Grande Bretagne sur fond de comédie britannique.

En 2144 avec SONMI 451 un clone fractaire nous sommes à Néo Séoul dans un film d’anticipation.

Et enfin en 2321, 106 ans après la chute ou apocalypse nous sommes avec Zachry nous sommes dans des îles du Pacifique dans le cadre d’un film post-apocalyptique.

Bande annonce

Toutes ces histoires semblent n’avoir aucun lien ni aucun point commun et pourtant il n’en est rien car ces 6 histoires constituent un ensemble parfaitement cohérent.

En effet chaque personnage central est confronté à une forme d’oppression contre laquelle il lutte, nous assistons à une lutte entre le bien et le mal au travers des époques, le but étant de vaincre l’oppression et de tenter d’empêcher une nouvelle forme de naitre.

En 1849 Adam EWING se bat contre l’esclavage, en sauvant un esclave qui lui viendra ensuite en aide et du fait de cette rencontre avec cet esclave il décidera de rejoindre avec son épouse les abolitionnistes. En 1936 Robert FROBISHER combat le fascisme et le poids des conventions et de la réputation, lutte au cœur de laquelle il choisit d’être compte tenu de sa sexualité différente pour l’époque puisqu’il est bisexuel.

En 1973 Luisa REY lutte contre le capitalisme en déjouant un complot qui fait des victimes et qui aurait pu en faire beaucoup plus tout cela pour maintenir la position d’un homme d’affaire sans scrupule.

En 2012 Timothy CAVENDISH lutte pour retrouver sa liberté après avoir été enfermé à son insu par son frère dans un établissement hospitalier.

En 2144 Sonmi 451 clone lutte pour être considérée comme les sangs purs et disposer des mêmes droits que quiconque.

En 2321 Zachry cherche également à devenir un humain meilleur en luttant contre ses faiblesses symbolisées par une conscience maléfique qui lui murmure à l’oreille, il lutte ainsi pour s’en libérer en quête de rédemption.

Toutes les histoires ont également en commun les acteurs, chaque interprète participe en effet à plusieurs histoires : c’est ainsi que le duo d’acteurs Jim Sturgess/Doona Bae se retrouve en couple en 1849 et en 2144 ; le duo d’acteurs Tom Hanks/Halle Berry se croisent en 1973, en 2012 et en 2321 ; le duo d’acteurs Jim Broadbent /Ben Wishaw se retrouve en 1936 en duo compositeur et copiste puis en 2012 ils auront une aventure puisque Ben Wishaw endosse dans cette histoire le rôle d’une femme.

Les histoires se parlent également entre elles : en 1973 Luisa REY dit à un musicien qu’elle vient d’interviewer « Cela fait une heure que je me retiens de vous jeter de votre balcon » et en 2012 l’écrivain dont Timothy CAVENDISH édite le livre jette un critique par un balcon.

En 2012 Timothy CAVENDISH déclare « le soleil vert c’est de la chair humaine » hommage au film Soleil Vert (1973) et en 2144 Sonmi 451 assiste au recyclage de ses congénères sous forme de savon destiné à nourrir ses congénères clones.

En 1936 la maison dans laquelle Robert FROBISHER viendra travailler en tant que copiste deviendra l’établissement hospitalier dans lequel Timothy CAVENDISH sera enfermé.

En 1849 la plage d’où va partir Adam EWING est la même que celle où se déroulent certaines scènes de l’histoire de ZACHRY en 2321.

En 1849 le personnage interprété par Tom Hanks va voler un bouton sur la veste d’Adam EWING et ce même bouton vat être retrouvé par ZACHRY interprété par Tom Hanks en 2321, et il le portera d’ailleurs en pendentif autour du cou.

En 1936 la ligne de chemin de fer utilisée par Robert FROBISHER est la même que celle empruntée par Timothy CAVENDISH en 2012.

Le lien le plus tangible entre les histoires et les personnages centraux des 6 histoires passe par le biais des œuvres pour la plupart artistiques de chacun d’eux :

Adam EWING écrit son journal durant sa traversée en 1849, ce journal sera lu en 1936 par Robert FROBISHER, ce même Robert FROBISHER va entretenir une communication intime par le biais de lettres échangées avec son amant et composer le Sextuor Cloud Atlas, ses lettres seront lues par Luisa REY en 1973 et son œuvre musicale sera entendu en 1973 ainsi qu’en 2012 et en 2144, l’aventure de Luisa REY en 1973 fera l’objet d’un manuscrit écrit par son voisin, manuscrit qui sera lu par Timothy CAVENDISH en 2012, Timothy CAVENDISH va également écrire ses aventures en 2012 elles seront portées à l’écran sous la forme d’un film nommé « l’épouvantable calvaire de Timothy CAVENDISH » , ce même film sera vu par Sonmi 451 en 2144, elle-même va faire une déclaration orale pour livrer sa vérité qui sera diffusée en télévision et radio ; Sonmi 451 sera ainsi vénérée comme une déesse en 2321 dans la tribu dans laquelle vit ZACHRY et il transmettra lui-même oralement son histoire à ses petits-enfants.

Chacun des personnages centraux de chaque histoire possède également une marque de naissance en forme de comète à un endroit différent du corps. Selon Lana WACHOWSKI « cette marque symbolise chez celui qui la porte l’opportunité de changer les choses ».

Effectivement chaque personnage cherche à saisir l’opportunité de changer les choses et de s’élever et leurs déclarations nous livrent les clés de leur lutte contre les forces qui les menacent lorsqu’ils tentent de détruire cet « ordre naturel » qui voudrait que « le faible est la viande dont le fort se nourrit » « ordre naturel » qui est rappelé à Adam EWING lorsqu’il veut rejoindre les forces abolitionnistes.

Son beau-père lui rappelle que son action équivaudra à « une goutte d’eau dans un océan » ce à quoi il répondra « qu’est-ce qu’un océan sinon une multitude de gouttes d’eau ». Le compositeur pour lequel Robert FROBISHER travaille lui indique lorsqu’il veut partir « vous allez vous dégonfler c’est le lot des gens de votre espèce » « entre nous 2 il y a un gouffre » ce à quoi il lui répond « toute frontière est une illusion. Toute frontière est une convention qui peut être transcendée du moment que l’on conçoit que c’est possible ».

Et Sonmi 451 lors de sa déclaration orale déclare  « nos vies ne nous appartiennent pas. De la matrice au tombeau nous sommes liés aux autres. Nous sommes liés les uns aux autres dans le passé et le présent, dans chacune de nos intentions nous enfantons notre avenir ».

Ce qui a permis à chacun de pouvoir tenter de saisir l’opportunité de changer les choses et de rétablir l’équilibre et la vérité est la transmission que permet l’art au travers de chaque époque de chaque histoire.

Ceci nous ramène à la référence faite par Timothy CAVENDISH à Alexandre SOLJENITSYNE lorsqu’il écrit son histoire « comme un SOLJENISTYNE en exil » car Alexandre SOLJENITSYNE a été en exil dans le Vermont dans une commune nommée CAVENDISH.

Il indiquait dans son discours de remise du Prix Nobel : « Une parole de vérité pèse plus que le monde entier », « les écrivains et les artistes peuvent vaincre le mensonge. Dans le combat contre le mensonge l’art a toujours gagné et il gagnera toujours. »  « La littérature transmet l’expérience d’une génération à l’autre. La littérature avec le langage protège l’âme d’une nation. »

Nous comprenons ainsi que notre salut réside dans l’art, c’est grâce à l’art que peut survivre la mémoire de notre humanité.  L’art nous permet de nous élever, d’avoir envie d’apprendre et nous pousse à voir plus loin, à faire preuve d’empathie,  à accepter l’autre dans sa différence, à prendre du recul, à nous faire rêver, nous faire nous révolter, et transmettre aux prochaines générations notre passé, notre présent pour construire notre futur. 

Cette mission de mémoire est parfaitement illustrée par cette série documentaire qui est toujours disponible sur ARTE. Nous passons en revue des centaines d’années d’impérialisme et de colonialisme, de mensonges servant à justifier le fait que « les nations (dites) fortes aient empiété sur le territoire des nations (dites) faibles ». Les reconstitutions vont vous permettre d’assister à des scènes jamais vues puisque les photos et vidéos n’existaient pas à l’époque. Apprêtez-vous à être chamboulés et révoltés.

https://www.arte.tv/fr/videos/095727-001-A/exterminez-toutes-ces-brutes-1-4/

En même temps que j’ai été stimulé intellectuellement par la série Sense 8, le film Cloud Atlas et le documentaire évoqués ci-dessus, je me rends compte avec joie que tout ceci est en résonnance avec une notion mise à l’honneur lors de la saison d’exposition du 26 Novembre 2021 au 20 Mars 2022 au Palais de Tokyo à Paris « UBUNTU Un rêve lucide » (lien sur le site du Palais de Tokyo sur la page d’accueil):

Le mot « Ubuntu » issu de langues bantoues d’Afrique centrale, Afrique de l’Est et Afrique australe désigne une notion proche des concepts d’humanité et de fraternité.

Selon l’Archevêque Desmond Tutu fervent opposant de l’Apartheid en Afrique du Sud :  « Quelqu’un d’Ubuntu est ouvert et disponible pour les autres » car il a conscience « d’appartenir à quelque chose de plus grand »

Dans le discours de Barack Obama en hommage à Nelson Mandela le 10 Décembre 2013 il évoque cette notion : « c’est en partageant avec les autres et en nous occupant de ceux qui nous entourent que nous nous réalisons. » « La réconciliation ne consiste pas à occulter un passé cruel mais à l’affronter avec un esprit d’accueil, de générosité et de vérité. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s