lire la suite

Dans cette série, 8 jeunes gens éparpillés aux 4 coins du monde, Nairobi, Bombai, Séoul, San Francisco, Berlin, Mexico, Londres, Reykjavik, Chicago, vont découvrir qu’ils sont connectés sur les plans intellectuel, émotionnel et sensoriel, et ils vont tenter de comprendre le fonctionnement et l’origine de cette connexion tout en essayant d’échapper à une obscure organisation nommée Bureau de préservation des organismes BPO.

Bande annonce

Ces créatrices nous proposent une série très ambitieuse tout d’abord parce que tous les épisodes sont tournés en décors réels et pour les scènes très nombreuses en extérieur en lumière naturelle.

Les tournages se sont ainsi déroulés dans  18 villes dans le monde entier puisqu’en plus des villes citées ci-dessus, dans lesquelles vivent les 8 personnages principaux, sont venues s’ajouter Amsterdam, Argyll, Chippenham, Los Angeles, Malte, Positano, Sao Polo, Naples et Paris.

La série est également ambitieuse de par les références extrêmement nombreuses et les thèmes et réflexions que vous y rencontrerez si vous la regardez.

Les arts ont une place très importante sous la forme notamment du cinéma, de la musique, de la littérature et de la peinture.

Les 2 mots TWIN PEAKS apparaissent dans le générique en hommage à la série de David LYNCH diffusée pour la première fois en 1990.

Lito à Mexico est un acteur célèbre de films d’action, son compagnon Hernando enseigne l’histoire de l’art à l’université, Riley à Londres est DJ et son père est pianiste. Caphéus à Nairobi est fan des films de Jean-Claude Van Damn, Wolfgang à Berlin et son ami d’enfance Felix sont fan du film Conan le barbare. La compagne de Nomi à San Francisco travaille dans une bibliothèque, elles se sont d’ailleurs rencontrées grâce à un livre que Nomi recherchait depuis longtemps.

De très nombreuses scènes sont illustrées de chansons connues et je les remercie notamment pour Hallelujah de Léonard Cohen et I Feel You de Dépêche Mode. Le premier épisode s’appelle résonnance limbique, notion qui fait référence au livre  » A General theory of love » de Thomas LEWIS.

A Mexico les personnages vont assister à un spectacle de Lucha Libre. Nomi vient échanger avec Lito dans le musée Diego RIVERA à Mexico, Diego RIVERA était marié à Frida KAHLO à laquelle il est fait référence dans le générique de la série, 2 artistes peintres engagés et épris de liberté.

Un rendez-vous se déroule au nouveau Rijksmuseum à Amsterdam devant « La ronde de nuit » du peintre REMBRANDT.

Lito et Hernando regarde le film « Tant qu’i y aura des hommes » la version de 1953 avec Burt LANCASTER.

Hernando et un acteur qui doit tourner un film avec Lito évoquent ensemble « La dame au petit chien » de TCHEKHOV. Un autre personnage lit « A la recherche du temps perdu » de PROUST.

Le dernier épisode est titré « «Amor Vincit Omnia » l’amour victorieux est une peinture du Caravage et également une citation de VIRGILE l’amour triomphe de tout.

Dans une scène un personnage porte le masque de Guy FAWKES, masque porté par le personnage principal du film V pour VENDETTA, adaptation du roman graphique V pour VENDETTA d’Alan MOORE et David LLOYD, réalisé par James MCTEIGUE et dont le scénario a été écrit par les sœurs  WACHOWSKI.

Les 8 jeunes gens au centre de la série 4 hommes 4 femmes sont très différents ils ont des cultures, des milieux sociaux,  des religions et des sexualités différentes.

Ils vont découvrir qu’ils sont nés le même jour le 8 Aôut soit le 8/08 et qu’ils sont des Homo Sensorium d’où la qualification de science-fiction de la série.

Malgré leurs différences grâce à leurs connexions, ils peuvent donc ressentir la souffrance, la peur, la tristesse, la joie…que ressentent les 7 autres et peuvent bénéficier de leurs connaissances et de leurs compétences également.

Malgré leurs différences il n’y a aucun choc dans ce groupe de 8 jeunes gens car chacun a la capacité de se mettre à la place de l’autre et porte de ce fait un autre regard sur l’autre, la différence devient alors une richesse car chacun est à l’écoute de l’autre grâce à son expérience et son parcours de vie il peut aider l’autre si il en a besoin pour que chacun puisse se réaliser et évoluer.

« Pour dépasser ce que l’évolution a défini comme soi, on a besoin de quelque chose de différent de soi ».

Lorsque l’un d’eux a besoin d’aide les autres le soutiennent : « Quoi que tu décides de faire sache que tu n’auras pas à le faire seul ».

Lorsque Lito est confronté à un dilemme ne sachant pas si il doit assumer publiquement son homosexualité au risque de perdre ses fans et ses propositions de films, Nomi qui est Trans et qui elle a été confronté à des réactions violentes lorsqu’elle était jeune, vient échanger avec lui et lui donner le courage de se battre :

« La violence la plus impardonnable est celle qu’on s’inflige à soi-même lorsqu’on a trop peur d’assumer sa vraie nature. »

Lorsqu’ils sont piégés collectivement le groupe se réunit et une émulation collective se crée, chacun est sur un pied d’égalité avec les autres et chacun peut s’exprimer un peu comme lors du tournage de la série avec les sœurs WACHOWSKI.

L’acteur qui joue le rôle de Caphéus dans la saison 2 indique que ce tournage « était un véritable tourbillon de voyages, d’amour de de créativité »

L’actrice qui joue le rôle de Sun à Séoul dit  « notre relation est magique sur le plateau : c’est comme si elles interprétaient le personnage avec moi. Quand je joue mon personnage elles éprouvent les mêmes choses que moi. Nous partageons ces émotions et ces sentiments durant le tournage ».

L’actrice qui joue Riley à Londres et à Reykjavik indique : « Elles sont vraiment réceptives à la collaboration si vous avez des idées elles sont ouvertes pour en discuter. »

Je vous laisse juge mais ce qu’il ressort de cette série c’est que : « toutes les différences qui existent entre nous et toutes les forces qui essaient de nous diviser ne seront jamais aussi puissantes que le pouvoir de l’amour qui nous unit. »

Comme il est stimulant de regarder une série dans laquelle nous sommes invités à faire preuve d’empathie, de bienveillance et de tolérance.

Dans un monde dans lequel nous entendons parler de murs entre les gens, nous sommes ici invités à nous connecter aux gens et au monde qui nous entoure, ne pas avoir peur de la différence bien au contraire car « il ne sort jamais rien de bon lorsque les peuples sont plus portés  sur leurs différences que sur leurs points communs. L’avenir auquel j’aspire est un avenir ou nos enfants ne grandiront pas en voyant l’amour comme un mur mais comme un pont. » Faisons preuve d’empathie, et construisons des ponts entre nous et redonnons sa place à l’égalité principe fondamental de l’humanité afin de transcender nos différences, merci aux sœurs WACHOWSKI.

2 commentaires sur « lire la suite »

  1. A voir et certainement à revoir car cela fait au moins 3 ans que j’ai pu avaler cette série.
    De belles personnes dans un bel univers nous transportent vers un monde meilleur.
    Une série qui fait du bien !
    Des rumeurs courraient sur un épilogue… ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s